Fermer 

Le vieillissement de l'œil

Généralités

 

Nos tissus et nos organes vieillissent. L'œil n'échappe pas à cette règle.
Ce n'est pas le fait d'utiliser beaucoup ses yeux (lecture, ordinateur, télévision, jeux vidéo) qui les abîment, c'est simplement le temps qui passe : « les yeux ne s'usent pas quand on s'en sert ».
Il y a une inégalité devant le vieillissement. Certaines personnes présentent des signes de vieillissement plus tôt que d'autres. Certains tissus ou certains organes vieillissent plus vite que d'autres chez certaines personnes.
Ainsi, certaines personnes  n'ont pratiquement pas de cataracte à 80 ans alors que d'autres auront besoin d'être opérées dès l'âge de 50 ans.
On peut souffrir d'une DMLA très importante mais être épargné par la cataracte et inversement voir son cristallin s'opacifier très tôt sans vieillissement décelable de la rétine.
Ces inégalités s'expliquent par
- des facteurs génétiques
- des facteurs environnementaux (exposition solaire, tabagisme, facteurs nutritionnels)

 

Le vieillissement du cristallin

Le cristallin est une lentille qui se trouve à l'intérieur de l'œil, derrière l'iris. Cette lentille est parfaitement transparente et présente une certaine souplesse qui lui permet de se déformer grâce à l'action du muscle ciliaire.

C'est cette déformation du cristallin qui est à la base de l'accommodation, c'est à dire du mécanisme permettant d'obtenir la netteté des images pour des distances différentes de vision.

Avec l'âge, la taille du cristallin augmente et sa souplesse diminue, ce qui est à l'origine de la presbytie.

Plus tard, c'est la transparence du cristallin qui s'altère : ce qu'on appelle la cataracte est simplement l'opacification progressive du cristallin.

Le vieillissement de la rétine

La rétine, qui tapisse le fond de l'œil, est la partie proprement sensorielle de l'œil.

Sa partie centrale, la macula, permet de voir les détails et en particulier de lire, de reconnaître les visages.

Le vieillissement de la macula peut n'avoir que peu de conséquence sur la vision (simple maculopathie liée à l'âge ou MLA) ou au contraire réduire considérablement l'acuité visuelle et aboutir à un véritable handicap (dégénérescence maculaire liée à l'âge ou DMLA).

Même si la macula est complètement détruite par la DMLA, rendant la lecture impossible, il n'y a pas, à proprement parler, de « cécité ». La DMLA ne rend pas « aveugle ». Le champ de vision périphérique est parfaitement conservé, permettant de se déplacer sans aide chez soi ou à l'extérieur.

Le vieillissement du nerf optique

 

Composé d'environ 1,2 millions de fibres nerveuses provenant des cellules ganglionnaires de la rétine, le nerf optique conduit les informations visuelles de l'œil au cerveau. Avec l'âge, on constate une réduction du nombre de fibres de 5 % par décennie : ainsi, vers l'âge de 70 ans, on a perdu 35 % de ses cellules ganglionnaires.
Cette destruction des fibres du nerf optique est accélérée en cas de glaucome chronique, maladie dont l'incidence augmente avec l'âge.

 

Le vieillissement des glandes lacrymales

 

La surface oculaire est baignée en permanence par un film de larmes sécrété par les glandes lacrymales et des glandes accessoires. Une quantité suffisante et une qualité satisfaisante des larmes est indispensable à une vision correcte et à un bon confort visuel. La sécrétion des larmes diminue souvent avec l'âge, en particulier chez les femmes après la ménopause, pouvant aboutir à une sécheresse oculaire particulièrement gênante qui oblige à l'instillation de larmes artificielles plusieurs fois par jour.

 

Le vieillissement des voies lacrymales

 

L'excès de larmes est éliminé en permanence par les voies lacrymales (canalicules et canaux lacrymaux) jusque dans les fosses nasales. Avec l'âge, telle ou telle partie de ce système d'évacuation du trop-plein de larmes peut se rétrécir, voire se boucher : un larmoiement apparaît alors, intermittent (au vent, au froid) ou permanent. Lorsque le larmoiement est très gênant, une intervention chirurgicale est parfois possible pour rétablir la perméabilité des voies lacrymales.

 

Le vieillissement du vitré

 

Le vitré est un gel (un peu comme le blanc d'œuf) qui occupe la plus grande partie du volume du globe oculaire, entre le cristallin et la rétine. Lorsqu'on est jeune, le vitré est transparent, homogène.
Avec l'âge, certaines parties du vitré se liquéfient et d'autres se condensent sous forme de filaments, de mouches volantes. Ces changements sont sans gravité et ne justifient aucun traitement.
Vers l'âge de 60 ans en moyenne, mais souvent plus tôt chez les myopes ou après un traumatisme, se produit une rétraction, un décollement du vitré, qui peut se manifester par l'apparition brutale de mouches volantes et d'éclairs de lumière. Le vitré reste ensuite décollé jusqu'à la fin de la vie. C'est un phénomène physiologique, en général sans gravité et ne nécessitant aucun traitement. Parfois, le décollement du vitré peut se compliquer de déchirure de la rétine, voire de décollement de la rétine.

 


Références

Bibliographie :

 

Lien : http://www.bausch.fr/Ophtalmologie/pages/?page=424

Mise à jour : septembre 2011

Centre Narbonnais d'Ophtalmologie - Forum Sud - 17 avenue du Quatourze - 11100 - NARBONNE -
Téléphone : 04.68.90.11.30 - Fax : 04.68.90.11.31 - contact@narbonne-ophtalmologie.fr