Fermer 


L'opération de la cataracte de l'adulte

Qu'est-ce que la cataracte ?

La cataracte est une opacification pathologique, progressive, du cristallin responsable d'une baisse d'acuité visuelle, dont le seul traitement est une intervention chirurgicale (de toutes les interventions chirurgicales, c'est la plus pratiquée en France : environ 500.000/an).

Coupe schématique de l'oeil montrant le cristallin


Le cristallin est une lentille située dans l'œil, juste en arrière de l'iris qui sert à focaliser l'image sur la rétine. La diminution de la transparence du cristallin, son opacification, entraîne une baisse de la vision, un flou visuel, des sensations d'éblouissement, des halos et même parfois une vision double.
Si cette baisse de vision est importante et gênante dans la vie courante, en particulier pour la conduite automobile, il faut alors opérer la cataracte. Il n'y a pas de traitement médical de la cataracte. 

 

La principale cause de la cataracte est le vieillissement, parfois associé à d'autres problèmes : diabète, myopie, traumatismes, médicaments, maladies générales, hérédité, radiations ionisantes, ... La cataracte touche plus de 50% des sujets de plus de 75 ans.

Dans la majorité des cas, la cataracte est isolée, ce qui permet d'espérer une très bonne récupération visuelle car le reste de l'œil est tout à fait normal. Mais une cataracte peut parfois être associée à d'autres maladies oculaires (DMLA, rétinopathie diabétique, glaucome, atteinte de la cornée, ...), pouvant compromettre le résultat de l'opération : dans ce cas votre ophtalmologiste décidera, en fonction des possibilités d'amélioration de votre vision, si l'opération est opportune.  

 
Cataracte vue en biomicroscopie à la lampe à fente

Cataracte vue en biomicroscopie à la lampe à fente

Les préalables à l'opération

Examens préopératoires

Une fois le diagnostic fait, environ deux semaines avant l'intervention, un examen préopératoire appelé « biométrie » permettra de vérifier les conditions de l'intervention et de calculer la puissance de l'implant (cristallin artificiel) qui viendra remplacer votre cristallin cataracté.

Une consultation avec le médecin anesthésiste sera programmée pour le bilan préanesthésique obligatoire, même si l'intervention est faite sous anesthésie locale. Munissez vous de tout votre dossier médical ophtalmologique (lettres et dossiers) et de votre dossier médical général (lettres, dernières ordonnances de traitement et résultats d'examens spécialisés et biologiques). Des conseils sur la prise de vos médicaments habituels vous seront donnés par le médecin anesthésiste. 

Signature du consentement éclairé

Dans tous les cas, votre ophtalmologiste évalue les bénéfices et les risques de l'intervention, puis il vous les communique de façon loyale et compréhensible afin d'obtenir votre consentement pour l'intervention proposée. Une information écrite sur cette intervention vous sera remise : vous devrez la lire et la signer. Cette signature ne constitue pas une «décharge» de la responsabilité du chirurgien, elle prouve simplement que vous avec reçu une information sur cette intervention chirurgicale et sur ses risques.

Traitement préopératoire

Une ordonnance de collyres pour préparer l'opération vous sera prescrite. Sauf indication contraire, continuez les gouttes habituelles si vous en aviez. Vous recevrez des conseils sur les mesures d'hygiène (douche préopératoire). Pour l'opération venez à jeun à l'heure indiquée, même si l'intervention doit se dérouler sous anesthésie locale.

L'intervention chirurgicale

 

L'intervention se déroule dans le bloc opératoire de la Polyclinique Le Languedoc, le plus souvent en ambulatoire et sous anesthésie locale. Elle consiste à faire une incision de petite taille sur le coté de l'œil pour retirer le contenu du cristallin (presque toujours par la technique de phacoémulsification par ultrasons) en préservant l'enveloppe du cristallin, encore appelé sac capsulaire, dans laquelle sera glissé l'implant : c'est le plus souvent un implant pliable qui peut être inséré par une très petite incision. Habituellement, aucun point de suture n'est nécessaire.   Votre hospitalisation durera environ une demi-journée ; l'intervention elle-même est courte mais les préparatifs sont plus longs. C'est un véritable travail d'équipe qui comporte de très nombreuses étapes dont la plupart sont réalisées par les équipes d'infirmières spécialisées (sans elles l'intervention ne serait pas possible dans de bonnes conditions). Nous vous demandons de suivre à la lettre toutes leurs recommandations dans les préparatifs.

 


La sortie de la Clinique

 

Lors de votre sortie, des conseils vous seront donnés (prises de médicaments, rendez-vous et conduite à tenir en cas de problème), ils doivent être respectés.  L'ensemble de ces précautions est indispensable pour réduire au minimum les risques :
- douleurs dans la période postopératoire immédiate,
- infection postopératoire (endophtalmie),
- inflammation, hémorragie, décollement de la rétine, hypertonie oculaire, ...  

 

Les suites opératoires

 

Vous devrez ensuite mettre les collyres prescrits dans la période postopératoire et garder une coque de protection (le plus souvent la nuit seulement) pour les premiers jours.
Plusieurs rendez-vous postopératoires vous seront fixés soit avec le chirurgien, soit avec l'ophtalmologiste qui vous suit habituellement, respectez les.
Quelques semaines après l'opération, la nouvelle correction optique par lunettes vous sera prescrite.
Parfois, plusieurs mois ou plusieurs années plus tard, une opacification de la capsule postérieure du cristallin (improprement appelée cataracte secondaire) peut faire baisser à nouveau votre vue. Cette opacification capsulaire est sans gravité : une capsulotomie au laser Yag pourra être réalisée : ce traitement ne nécessite ni hospitalisation ni anesthésie et ne dure que quelques minutes. Il vous permettra de recouvrer la vision que vous aviez avant que la capsule ne s'opacifie.

 

Le choix de l'implant

 

La puissance et le type de cristallin artificiel (implant) sont déterminés par le chirurgien au moment de la biométrie. Le choix de cet implant est important car il va conditionner les lunettes que vous porterez ou non après l’intervention.

Si vous portiez des lunettes en vision de loin avant l’intervention en raison d’une myopie ou d’une hypermétropie, le calcul de l’implant va permettre de réduire, voire de supprimer, cette myopie ou cette hypermétropie afin que vous n’ayez plus (ou presque plus) besoin de lunettes en vision de loin.

Si vous portiez des lunettes avant l’intervention en raison d’un astigmatisme, il existe aujourd’hui des implants qui permettent de corriger cet astigmatisme afin que vous n’ayez plus (ou presque plus) besoin de lunettes en vision de loin. Il y a un surcoût pour ces implants qui ne sont que partiellement remboursés par l’Assurance Maladie.

Enfin il est possible, dans certains cas, de mettre un implant multifocal (qui permet de voir à la fois de loin et de près), afin que vous n’ayez plus (ou presque plus) besoin de lunettes ni en vision de loin, ni en vision de près. Il y a un également un surcoût pour ces implants qui ne sont que partiellement remboursés par l’Assurance Maladie.

 

Haut de page 

Télécharger la fiche pratique sur "La cataracte" au format PDF : Cliquer ici pour télécharger le fichier PDF FAQ

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Références :
Bibliographie :
Cataracte : Guide à l'usage des patients et de leur entourage
de Christophe Baudouin, Didier Félix, Sophie Jacopin, Delphine Bailly, Natacha Latappy
Editeur : Bash - 2008 - ISBN : 284504058X
Liens :
http://www.cataracte.com/

Mise à jour : septembre 2013

Centre Narbonnais d'Ophtalmologie - Forum Sud - 17 avenue du Quatourze - 11100 - NARBONNE -
Téléphone : 04.68.90.11.30 - Fax : 04.68.90.11.31 - contact@narbonne-ophtalmologie.fr